Assurance
2 min read

“Un document normé est un cocktail de sécurité complexe”, interview de Jean-Paul Gagnon, formateur en lutte contre la fraude documentaire

Quels sont les enjeux de la fraude documentaire dans le secteur de l'assurance et des mutuelles ? Découvrons ensemble les réponses de Jean-Paul Gagnon, Gendarme et Consultant et Formateur en lutte contre la fraude documentaire.

Dans l’épisode de notre podcast Chasseurs de Fraude du 13 décembre 2023, nous recevions Jean-Paul Gagnon, ancien Gendarme et Consultant et Formateur en lutte contre la fraude documentaire. 
Pendant cet échange d’une quarantaine de minutes, notre CEO, Marc de Beaucorps, interroge l’expert sur les enjeux de la fraude dans le secteur de l’assurance, des mutuelles et au-delà. De surcroît, Marc et Jean-Paul Gagnon reviennent sur l’importance de la bonne formation de ses collaborateurs, en entreprise, et de l’importance d’une bonne détection des faux documents en entreprise.
Nous vous proposons un extrait de cet entretien exclusif. 

Marc de Beaucorps : J’imagine que toi tu saurais faire, mais pour le grand public, faire un faux passeport, c’est quand même pas donné à tout le monde, alors faire une fausse facture… 
Jean-Paul Gagnon : Même si je sais le faire, je ne pourrais pas le faire. 
Marc de Beaucorps : Par déontologie ?
Jean-Paul Gagnon : Alors, déontologie premièrement. Par principe, déjà. 
Mais ensuite parce que, il y a 15 ou 20 ans, quand on parlait de fraude documentaire, il fallait appliquer un secret absolu, parce qu’on n’avait pas des documents très sécurisés. Désormais, les constructeurs de documents normés développent des technologies très évoluées – que je trouve pour certaines absolument magnifiques. 
Et donc, un document normé, c’est finalement un cocktail de sécurité qui est tellement complexe que, quand bien même certains arriveraient à acquérir ne serait-ce que quelques une de ces technologies, il n’aurait pas le cocktail complet. 
Moi, à la limite, je sais reconnaître les sécurités. En formation, je dis : “donnez-moi un document de n’importe quel pays, je devrais trouver le référentiel.” Quand bien même je n’ai pas le référentiel, en analysant le document physique, pas le document digital, en regardant la constitution du document, je peux déjà estimer s’il est de technologie d’Etat ou Industriel, ou si c’est une fabrication à la petite semaine. 

Vous souhaitez découvrir l’intégralité de l’échange de Jean-Paul Gagnon et de Marc de Beaucorps ? 

Cliquez sur le lien ci-dessous !

Finovox a l'air de vous plaire !

Souhaitez-vous avoir une démo ?