Banque / Crédit
4 min read

Crise des néobanques : quel est leur avenir ?

Après une montée impressionnante des néobanques dans les années 2000, que deviennent-elles aujourd'hui ? On fait le point dans cet article.

Alors que les néobanques connaissent une ascension fulgurante depuis les années 2000, elles sont aujourd’hui sous le feu des projecteurs. Fermetures, rachats, baisse de rentabilité, elles passent par tous les caps. Mais alors qui sont ces néobanques ? Quel est leur contexte actuel et existe-t-il réellement une crise des néoabanques ? On vous répond !  

Néobanques : quelques rappels 

Les néobanques, sont des banques numériques, accessibles via des appareils mobiles. Elles proposent une expérience client fluide mais surtout des services de base gratuits, notamment l’obtention d’une carte bancaire et la mise à disposition d’un outil de gestion de compte. 

Pendant plusieurs années, les néobanques ont eu beaucoup de succès grâce à leurs faibles coûts de fonctionnement. En effet, ces établissements bancaires n’ont pas d’agences physiques et disposent de peu de collaborateurs. De plus, les clients peuvent tout gérer directement depuis leur application mobile et le service après vente se fait directement en ligne !

Selon un panorama réalisé par France Fintech en 2021, les néobanques ont atteint leur point culminant avec près de 240 milliards de dollars de levée de fonds. En France, cela représente 900 entreprises françaises valorisées à plus d’un milliard de dollars.  

👀 Bon à savoir !
Les néobanques sont considérées comme des fintechs. Elles utilisent les progrès technologiques et numériques pour rayonner dans le domaine de la finance et de la banque !

Pour avoir une piqûre de rappel sur le panel des acteurs bancaires, lisez notre article : zoom sur les différents acteurs bancaires !

Les néobanques : pionnières des offres en ligne 

Les néobanques ont rapidement émergé comme des pionnières des offres en ligne. Elles révolutionnent le paysage bancaire traditionnel grâce à leur approche innovante et axée sur la technologie. 
Elles proposent des services numériques, accessibles via des applications mobiles conviviales et offrent ainsi une alternative aux institutions financières traditionnelles. 

La cible des néobanques n’est pas la même que celle des banques traditionnelles. En effet, les néobanques s’adressent principalement à une génération de consommateurs numériquement native. Leurs services conviennent particulièrement aux jeunes générations et aux personnes à la recherche d’alternatives aux banques traditionnelles, notamment en raison de frais réduits voire inexistants

De plus, les néobanques ont également trouvé un écho favorable auprès des entrepreneurs, des travailleurs indépendants et des petites entreprises. Ils apprécient leur approche simplifiée des services financiers et leur capacité à répondre rapidement à leurs besoins de gestion de trésorerie et de paiements.

L’écosystème des néobanques 

Panorama des néobanques actuelles 

Aujourd’hui, les néobanques sont nombreuses sur le marché. Déployant des stratégies diverses, elles possèdent un point commun : elles se sont développées grâce à la transformation numérique

Vous retrouverez alors plusieurs néobanques notamment, Revolut, N26 ou encore Qonto. 

Côté banques traditionnelles, elles développent elles aussi leurs propres solutions avec par exemple : 

  • Ma French Bank, créé par La Banque Postale 
  • Blank, créé par le Crédit Agricole 
  • Shine rachetée par la Société Générale
  • Anytime filiale du groupe Orange Bank 
  • Hellobank! offre en ligne de BNP Paribas 

Ces acteurs ont connu une pleine croissance. Pourtant, en ce début d’année 2024, un tout nouveau contexte voit le jour et de nouvelles tendances émergent. On fait le point sur le contexte actuel dans la suite de cet article. 

Des néobanques engagées et à forte valeur ajoutée 

Les néobanques incarnent bien plus qu’une simple évolution technologique dans le paysage financier ; elles portent également des idéologies qui sous-tendent leur vision et leur mission. 

Les néobanques affichent souvent des valeurs axées sur la transparence, l’éthique et la responsabilité sociale. Elles s’engagent à promouvoir des pratiques financières responsables en encourageant l’éducation financière et en offrant des outils de gestion budgétaire. Le but ? Aider les clients à prendre des décisions éclairées sur leur argent ! 

C’est par exemple le cas de Greengot qui placent les fonds de ses clients pour soutenir un avenir viable et durable. A chaque paiement que les clients effectuent avec leur carte, la néobanque reverse les bénéfices liés à la transaction à des projets qui préservent la planète ! 

Contexte actuel des néobanques 

Le contexte actuel des banques en ligne est assez préoccupant. Entre inflation et augmentation des taux d’intérêt, les investissements sont moindres. Prenons quelques exemples pour illustrer la situation :

  • La Banque Postale est en train de fermer Ma French Bank, une décision qui marque un recentrage de ses activités.
  • Orange a annoncé la fermeture d’Orange Bank cette année, annonçant ainsi la fin de son aventure dans le secteur bancaire.
  • Crédit Mutuel Arkéa a mis fin à Pumpkin en 2022, cinq ans après son acquisition, une décision stratégique pour la société.

Bien que ces néobanques ne ferment pas pour faillite, elles ne sont aujourd’hui plus toutes rentables.  

Ainsi, parmi les acteurs restants, les deux établissements les plus rentables seraient :

  • Fortuneo (appartenant à Crédit Mutuel Arkéa, avec 1 million de clients) 
  • Boursorama (filiale de la Société Générale, avec 5 millions de clients) 

Néobanques & IA : vers de nouveaux risques

En 2024, l’intelligence artificielle occupe une place centrale dans le domaine des fintechs, accélérant ainsi son développement. Cette effervescence de l’IA entraîne de lourds risques pour les néobanques avec notamment des menaces de cybersécurité, de fraudes documentaires ou encore de manque de transparence

Pour pallier cette insécurité, les fintechs peuvent se prémunir d’outils dotés de l’IA. L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) utilise déjà cette technologie pour garder un œil sur les différents marchés financiers. 

Mais comment utiliser l’intelligence artificielle pour lutter contre cette insécurité ? On vous en dit plus dans la suite de l’article. 

Pour en savoir plus sur les risques encourus lors d’une fraude bancaire, lisez notre article dédié : fraude bancaire, quels sont les risques et les conséquences encourus ?

Crise des néobanques : comment lutter contre l’insécurité ? 

Pour lutter durablement et efficacement contre les menaces externes, Finovox a mis au point une solution de détection de faux documents. Son but ? Réduire par 6 la fraude documentaire des entreprises, donc vous, fintechs ! 

Développée grâce à de l’intelligence artificielle, Finovox vous permet d’investiguer afin de déterminer les éventuelles falsifications présentes sur vos documents.
 

Le plus de la solution, vous récupérez un document PDF récapitulatif à la fin de votre analyse. Vous pouvez dès lors le partager à vos équipes et éventuellement l’ajouter à un dossier juridique ! 

Vous souhaitez que Finovox devienne votre alliée dans cette lutte quotidienne contre la fraude documentaire ? N’hésitez pas à contacter nos experts pour en savoir plus ! 

Finovox a l'air de vous plaire !

Souhaitez-vous avoir une démo ?
fr_FRFR